Gratte-ciel horizontal

Etendre l’empire des réseaux et communautés horizontaux dans l’espace politique.

Accueil > Blog > Extrait d’André Gorz sur l’avènement d’une société "open source"

Extrait d’André Gorz sur l’avènement d’une société "open source"

jeudi 14 juin 2012, par Olivier Sarrat

Il y a 3 jours, en terminant la lecture du manifeste du Mouvement Utopia, j’ai découvert en postface un texte d’André Gorz titré "La sortie du capitalisme a déjà commencé". Ecrit peu de temps avant sa mort pour le Mouvement Utopia, puis remanié pour la revue Ecorev’, il développe une analyse cherchant à montrer comment le capitalisme est déjà en train de muter. Cette analyse se conclut sur 3 formes que pourrait prendre cette mutation. L’extrait qui suit voit dans une société "open source" horizontale un nouvel espace où l’autonomie et la dignité retrouvée des hommes serait les clés de la sortie de la marchandisation à outrance de notre société actuelle.

Je reproduis ce texte dans ce blog comme illustration du courant de pensée dans lequel il s’inscrit

Début de l’extrait

Pourtant une tout autre voie de sortie s’ébauche. Elle mène à l’extinction du marché et du salariat par l’essor de l’autoproduction, de la mise en commun et de la gratuité. On trouve les explorateurs et éclaireurs de cette voie dans le mouvement des logiciels libres, du réseau libre (freenet), de la culture libre qui, avec la licence CC (creative commons) rend libre (et libre : free signifie, en anglais, à la fois librement accessible et utilisable par tous, et gratuit) de l’ensemble des biens culturels - connaissances, logiciels, textes, musique, films etc. - reproductibles en un nombre illimité de copies pour un coût négligeable. Le pas suivant serait logiquement la production « libre » de toute la vie sociale, en commençant par soustraire au capitalisme certaines branches de produits susceptibles d’être autoproduits localement par des coopératives communales. Ce genre de soustraction à la sphère marchande s’étend pour les biens culturels où elle a été baptisée « out-cooperating », un exemple classique étant Wikipedia qui est en train d’« out-cooperate » l’Encyclopedia Britannica. L’extension de ce modèle aux biens matériels est rendue de plus en plus faisable grâce à la baisse du coût des moyens de production et à la diffusion des savoirs techniques requis pour leur utilisation. La diffusion des compétences informatiques, qui font partie de la « culture du quotidien » sans avoir à être enseignées, est un exemple parmi d’autres. L’invention fabbers, aussi appelés digital fabricators ou factories in a box - il s’agit d’une sorte d’ateliers flexibles transportables et installables n’importe où - ouvre à l’autoproduction locale des possibilités pratiquement illimitées.

Produire ce que nous consommons et consommer ce que nous produisons est la voie royale de la sortie du marché. Elle nous permet de nous demander de quoi nous avons réellement besoin, en quantité et en qualité, et de redéfinir par concertation, compte tenu de l’environnement et des ressources à ménager, la norme du suffisant que l’économie de marché a tout fait pour abolir. L’autoréduction de la consommation, son autolimitation - le self-restraint - et la possibilité de recouvrer le pouvoir sur notre façon de vivre passent par là.

Il est probable que les meilleurs exemples de pratiques alternatives en rupture avec le capitalisme nous viennent du Sud de la planète, si j’en juge d’après la création au Brésil, dans des favelas mais pas seulement, des « nouvelles coopératives » et des « pontos de cultura ». Claudio Prado, qui dirige le département de la « culture numérique » au ministère de la culture, déclarait récemment : « Le ’job’ est une espèce en voie d’extinction... Nous espérons sauter cette phase merdique du 20e siècle pour passer directement du 19e au 21e. » L’autoproduction et le recyclage des ordinateurs par exemple, sont soutenus par le gouvernement : il s’agit de favoriser « l’appropriation des technologies par les usagers dans un but de transformation sociale ». Si bien que les trois quarts de tous les ordinateurs produits au Brésil en 2004/5 étaient autoproduits.

Fin du texte

Version intégrale du texte dans sa forme publiée pour Utopia à http://politique.eu.org/spip.php?article740 .

Messages